Il est évidemment difficile en classe entière de préparer l'oral, un exercice individuel. Faire passer tous les élèves d'une classe une seule fois reviendrait à perdre plusieurs semaines de cours.

Il est donc important que vous vous entraîniez autant que possible régulièrement et par vous-même.

Vous pouvez par exemple choisir une question sur un texte étudié et - après 30 minutes de préparation - enregistrer en audio ou mieux en vidéo un exposé de 10 minutes en réponse (avec lecture du texte) pour ensuite juger votre prestation.

Vous pouvez aussi former un binôme avec un(e) camarade pour vous interroger mutuellement et comparer vos prestations. Un tel exercice peut même se faire à distance grâce à la visioconférence.

A faire... et à ne pas faire

Sur votre brouillon, ne rédigez aucune partie de votre exposé ou de votre présentation de l'œuvre choisie : vous seriez amené(e) à les lire : c'est une prise de parole immédiate et spontanée qui est attendue, même si, bien sûr, vous pouvez vous appuyer sur vos notes.

Pendant l'exposé, regardez autant que possible votre examinateur. Finissez bien chacune de vos phrases, parlez distinctement et évitez les silences ou les tics de l'oral (répétition de "heu..." ou "donc..."). Bannissez tout langage familier.

C'est à vous de conduire l'exposé : n'attendez pas l'approbation ou la réprobation de l'examinateur.

Dans l'introduction de l'exposé, n'oubliez pas de lire le texte, comme font malheureusement chaque année certains candidats étourdis. Surveillez l'heure. Montrez que vous savez où vous en êtes et où vous allez.

Concluez chaque partie de l'oral nettement : l'examinateur doit savoir clairement quand vous avez terminé.

Pendant l'entretien, ne cherchez pas à éluder les questions de l'examinateur ou à répondre avec des monosyllabes.

Dans tous les cas soyez volontaire et réactif, ou mieux : enthousiaste vis à vis du texte que vous étudiez. Rien n'est pire qu'un candidat passif, éteint ou de mauvaise volonté.